nouvelles

[FONDATION] – DÉFI MONTRÉAL NEW-YORK, LA CHRONIQUE DE SYLVIE (13)

Bonjour tout le monde,

Une semaine déjà… le temps qu’il m’a fallu pour revenir de New-York. Ce dernier relais sur Broadway était inoubliable. De voir apparaitre au bout de notre course les panneaux lumineux de Time Square et tout à coup se dire que nous étions partis de Montréal, wow! On ne peut qu’être impressionné même si on a physiquement couru chacun des kilomètres pour se rendre jusque là. Si vous êtes comme moi, vous vous êtes sûrement dit : est-ce que j’ai vraiment fait ça? Et oui, on l’a fait et cette vision de Time Square, c’est le souvenir que je conserverai toujours de ce grand défi que nous avons réalisé ensemble.

IMG 92331 420x280 [FONDATION] – DÉFI MONTRÉAL NEW YORK, LA CHRONIQUE DE SYLVIE (13)

À chaque fois que je voyais l’enfilade de VR se dérouler devant mes yeux sur les routes sinueuses et bien plus côteuses que ce que je croyais, je me disais que Réjean et son équipe avait tapé dans le mille. Tout a marché comme sur des roulettes, ce qui nous a permis de nous concentrer sur ce que nous avions à faire. Merci à tous les bénévoles consciencieux dont la bonne humeur m’a permis de surmonter quelques moments difficiles et bravo Réjean tu es un organisateur et un leader hors pair. J’espère que depuis, tu as récupéré parce que comme je t’ai toujours vu sur le terrain, je me disais que tu n’avais pas dû dormir beaucoup.

Et que dire des coaches, vous avez tous été incroyables : forts, toujours prêts à aider et à nous motiver. Vous nous avez inspirés à faire plus et mieux. Pour certains d’entres nous, il y a eu des décisions à prendre au fil des kilomètres et vous avez su nous faire voir le meilleur côté des choses. Apprendre à négocier avec une blessure ou encore changer de groupe de course parce qu’on a de la difficulté à suivre les coéquipiers avec lesquels on partageait le même rythme de croisière la semaine précédente, n’est pas facile. On a souvent tendance à se voir comme moins capable. Comme dirait Gilles, est-ce que ce genre de pensée est bénéfique pour réaliser ce que l’on est en train de faire? Non pas du tout. Pour chacun d’entres nous qui avons ressassé du noir à certains moments du défi, ces instants ont été l’occasion de grandir. En ce qui me concerne, vous voir progresser vers l’objectif, concentrés et heureux malgré vos propres difficultés, m’a permis petit à petit de laisser mes pensées démotivantes au vestiaire.

481159 341216819285295 2128487700 n 434x280 [FONDATION] – DÉFI MONTRÉAL NEW YORK, LA CHRONIQUE DE SYLVIE (13)

Et que dire de Gilles, tu n’as pas eu beaucoup de temps pour t’arrêter depuis, puisque la saison des défis bat son plein, mais tu dois déborder de fierté. Cette 7ième édition du Défi Montréal-New-York est du jamais vu. Arriver sur Time Square à 150, escortés par le NYPD, c’était extraordinaire. On avait l’impression d’être dans une série télé. J’espère Gilles que tu savoures chaque instant de ce succès. Il y en aura beaucoup d’autres j’en suis sûre. Lorsque tu as débarqué aux États-Unis à 18 ans avec ton rêve en tête, tu ne savais probablement pas encore qu’il t’amènerait jusqu’à Montréal. Maintenant de Montréal, ton rêve a suffisamment grandi pour te porter là où tu voudras aller. Ce que tu amènes les gens à faire ensemble est hors du commun. Tu sèmes les graines de ce qui pourrait devenir une société dans laquelle chacun exerce le meilleur de lui-même. En partageant l’écriture de ton livre, qui soit dit en passant devrait paraitre cet automne, j’ai découvert tout le cheminement et la profondeur de la réflexion qui t’a permis de faire de ton rêve un magnifique papillon. Gilles, mille mercis. Je dois avouer qu’ici les mots ne suffisent pas.

Merci également à vous tous pour les regards échangés, les encouragements et les fous rires. Merci aux sept filles avec lesquelles j’ai partagé pendant trois jours mes hauts et mes bas et les leurs aussi. Merci à Michel, notre coach. L’expérience humaine du Défi prend sa véritable signification à l’intérieur de chacun des VR. Notre expérience, comme la vôtre j’imagine, a été savoureuse. Je dois aussi m’excuser à tous ceux et celles à qui j’ai marché sur les pieds. Courir deux par deux dans nos groupes de course est une chose, courir à 150 comme dans un marathon en est une autre. C’était ma première fois et j’ai fait de mon mieux.

Il y a une personne à qui j’ai envie de dire un merci tout particulier. Je vous épargnerai mes états d’âme, disons simplement que ce Défi pour moi a été d’affronter ma solitude. Lorsque je suis descendue du VR à New-York, je me sentais faible, étourdie. Je doutais de ma capacité à me rendre jusqu’au bout. Mon équipe m’a encouragée et nous avons commencé à courir. Au départ, mes pas étaient hésitants. Puis, Manu, un participant que je ne connaissais que de vue, a mis sa main dans mon dos. Cette main qui est restée là pratiquement sur toute la distance a tout changé. Manu ne me poussait pas, ce n’était pas ce dont j’avais besoin. La main de Manu me disait plutôt que je n’étais pas seule, que quelles que soient les difficultés, il serait là  pour me venir en aide. Grâce à toi Manu j’ai couru mon meilleur relais, celui dans lequel je me suis sentie entièrement et complètement heureuse.

J’ai retrouvé la foi et Manu tu y a grandement contribué. Quelles que soient les raisons qui vous ont poussé à participer à un Défi comme celui-là, j’espère qu’au fil des kilomètres, des réponses vous sont apparues. Peut-être n’aviez-vous pas de questions alors j’espère que vous en avez profité et que vous avez eu du plaisir. À voir vos regards après la douche à New-York, je n’en doute même pas. Alors à la semaine prochaine, histoire d’échanger une fois de plus sur cette expérience unique que nous avons partagée.

L’aventure m’a également permis de briser quelques mythes. D’abord, Broadway Street n’est pas un faux plat, loin de là. Et je ne veux plus jamais entendre quelqu’un me dire que les routes aux États-Unis sont plus belles qu’au Québec. Au retour sur l’autoroute, je rebondissais dans le lit comme si j’avais été sur un trampoline. Nous ne sommes donc pas les seuls à sous-investir dans nos infrastructures, cela a quelque chose de rassurant (enfin j’espère).

554753 3750635997413 313318357 n1 420x280 [FONDATION] – DÉFI MONTRÉAL NEW YORK, LA CHRONIQUE DE SYLVIE (13)

Enfin, merci encore à chacun d’entres vous, vous m’avez permis de courir un peu plus loin.

Sylvie

Retour