nouvelles

FONDATION – DÉFI MONTRÉAL NEW-YORK, LA CHRONIQUE DE SYLVIE (9)

Bonjour tout le monde,

Désolée d’écrire si tard dans la semaine mais il semble que, comme vous tous j’imagine, je n’arrête pas de courir. S’il fallait que nos courses quotidiennes pour joindre les deux bouts de nos agendas comptent pour vrai nous serions tous des marathoniens. Ceci dit, nous courerons tous pour vrai ce week-end. Comment ça va? Vous êtes nerveux, anxieux, paniqués ou d’un calme suspect? Je vous pose la question et je souris parce que je sais, comme c’est mon second défi préparatoire, que nous allons vivre ensemble une expérience extraordinaire.

Pour la première fois nous allons nous mettre à l’épreuve à tous les niveaux. Il y a la course bien sûr. Nous serons probablement tous marathoniens dimanche matin, c’est déjà pas mal vous ne trouvez pas? En prime, nous nous serons littéralement frottés aux membres de notre équipe dans nos VR respectifs. Ce sera le dépaysement total. Quand avez-vous dormi à trois dans un lit double la dernière fois? Peut-être lorsque vous étiez étudiant ou encore en camping…si vous avez une autre explication, je préférerais ne pas l’entendre à moins que vous partagiez le même VR que moi, après tout nous ne sommes pas encore si intimes…

J’ai tellement hâte de revivre cette expérience. Quand l’an dernier nous avons pris la route, nous doutions comme c’est peut-être votre cas. De relais en relais, malgré les ampoules et les petits bobos musculaires, nous gagnions en confiance et en assurance. Je nous vois encore arriver au pied de la montagne, nous resplendissions malgré la sueur et les cheveux collés. Je ne peux même pas vous dire à quel point j’étais fière. À cet instant, je me suis trouvée extraordinaire comme chacune des autres filles.

Nous sommes restées sur notre nuage pendant plusieurs jours et j’avoue qu’encore aujourd’hui des images fortes me reviennent en tête. Ce qui m’a le plus marquée je pense est le dernier relais que j’ai couru avec Karine, Windy et Nathalie (tiens nous y serons toutes les quatre ce week-end). Avec ce relais de 8km nous allions dépasser les 40km parcourus. À Tremblant, on ne parle plus de côtes, on grimpe littéralement des montagnes et ce dernier relais a été tellement difficile. J’avais l’impression d’avoir les jambes coulées dans le béton et il fallait monter encore et encore. Windy m’a aidée et en haut de la dernière montagne elle m’a lâchée en me disant qu’elle savait que je pouvais y arriver seule. Belle Windy, merci de ton aide. Je nous revois toutes les quatre au bout de ce relais. Nous étions tellement émues que nous étions incapables de parler. Tout à coup nous nous savions capables, capables de courir plus de 40km et de bien d’autres choses encore. J’ai hâte de vous voir à l’arrivée dimanche et de partager ce moment de bonheur intense avec vous.

Nous ne dormirons probablement pas beaucoup mais étrangement ça ne nous hypothéquera pas tellement. Nous serons tous transportés par l’énergie du groupe, une énergie débordante contagieuse dont j’aimerais souffrir 365 jours par année. Je vous suggère quand même de rester étendu même si vous ne dormez pas histoire de relaxer vos muscles le plus possible. Pour l’avoir vécu voici quelques petits trucs qui m’ont facilité la vie l’été dernier.

On courera environ 5 relais donc j’aurai à ma disposition 6 kits de course touts prêts dans de grands ziplocs à glissière. Comme ça je ne chercherai pas mes vêtements dans mon sac et après la course la bonne odeur qu’ils dégageront sera restreinte. Je vous garanti des sensations fortes lorsque vous mettrez vos vêtements au lavage la semaine prochaine. Je vous suggère de respecter à la lettre votre emploi du temps, ça permettra à chacun de dormir ou d’essayer de dormir le plus possible. Ça veut donc dire : course, douche à la lingette, changement de vêtement, bouffe même si on n’a pas faim, conduite, co-pilotage et dodo pour récupérer et on recommence jusqu’à l’arrivée à Tremblant.

Je vous suggère de vous étendre même pendant la journée lorsque c’est votre tour parce que pendant le défi on ne fait pas de distinction entre le jour et la nuit. Il y aura un bain de pied glacé dans chacun des VR. Il faut absolument que vous y fassiez trempette. Votre sourire se figera c’est certain, mais vos pieds et vos mollets vous remercieront. Boire aussi souvent que possible en petite quantité. Quand on est fatigué c’est souvent parce qu’on est déshydraté. Ne pas oublier la crème solaire et en ce qui me concerne mon gloss. Je suis prête à faire un compromis sur la douche mais certaines choses me sont vraiment nécessaires…et en plus un gloss ça prend très peu d’espace.

Et surtout, n’oubliez pas d’en profiter. Vous rendez-vous compte de tout ce que vous avez fait pour arriver jusqu’ici. Déjà c’est extraordinaire alors imaginez dimanche matin sur la montagne. Nous serons au paradis, et ce n’est que le début de l’aventure.

À samedi camarades marathoniens et je nous souhaite à tous un défi préparatoire mémorable.

SylvieXXX

Retour